intervention-sur-rmc

Dans son émission "L'amour et vous" Brigitte Lahaie a eu le courage d'aborder le sujet de l'IVG en posant cette question essentielle "Est-ce un acte banal ?".
Les survivants ont pu apporter leur témoignage et discuter presque dix minutes avec Brigitte que nous remercions pour son écoute.

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/268148387″ params=”auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”450″ iframe=”true” /]

Ce qui frappe dans cette émission que nous vous invitons à écouter en entier sur ce lien, c’est le grand nombre d’hommes et le peu de femmes qui sont intervenus. C’est pour nous le signe que l’avortement concerne toute la société et ne fait pas souffrir que les femmes.
Le témoignage qui nous a le plus interpellés est celui de cet homme de 75 ans qui, des dizaines d’années après l’IVG de sa femme, éprouve encore le besoin d’en parler pour dire qu’il regrette et qu’il se sent coupable de n’avoir pas su trouver les mots pour convaincre sa femme de garder leur troisième enfant. Comme dans de nombreuses familles, le sujet est tabou et cet homme avoue appeler en cachette car ses deux enfants ne sont pas au courant de cet avortement.
L’IVG est pour beaucoup un énorme secret de famille, un silence qui ronge le cœur de ceux qui le portent alors que les frères et sœurs portent le poids d’une incertitude et d’une angoisse existentielle car quelque chose en eux sait qu’il manque quelqu’un.
Quel spectacle pathétique que d’entendre Brigitte Lahaie lui dire que c’est un cadeau qu’il a fait à sa femme alors qu’il aurait fallu accueillir la souffrance et rétablir la masculinité blessée de cet homme en lui disant que sa culpabilité est réelle et qu’il doit s’engager désormais dans une démarche de deuil, de pardon et surtout de vérité vis-à-vis de sa famille et de ses petits enfants.

40 ans après la loi Veil, il n’existe plus aujourd’hui une famille qui n’a pas été confrontée à un avortement et beaucoup se rendent compte des souffrances et des ruptures que cet événement a déclenché dans leur propre vie et celle de leur entourage.
En revanche, MST (et le gouvernement avec elle) s’obstine à nier la réalité des symptômes post-abortifs et continue dans sa communication de présenter l’avortement avec les autres modes de contraception laissant entendre que ce dernier est une contraception d’urgence.

Cela va cesser avec les Survivants. Nous ne voulons plus de ces mensonges qui ruinent notre société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*