Réponse à Mathieu Sommet de SLG

Monsieur Mathieu Sommet de l’émission « Salut Les Geeks » a choisi de traiter dans sa dernière vidéo le sujet de l’avortement par le biais des Survivants.

Nous le remercions avant tout pour ses lumières fulgurantes sur le sujet complexe que peut être la science de la vie, ainsi que pour ses généreux éloges sur le design de notre site.

Nous allons faire ce que nous pouvons pour survoler le contenu de sa vidéo, même si le respect que nous inspire son ton d’instituteur à deux doigts du burn-out nous retiendra de toute affirmation hasardeuse qui puisse le pousser encore plus près du précipice.

Ce que Monsieur Sommet nous dit, c’est que la science n’a pas tranché sur le moment à partir duquel la vie apparait dans le développement du fœtus. C’est très vrai, même si ça n’était pas vraiment la question, puisqu’alors le sujet était celui du matériel génétique d’un embryon. Mais passons.

Il choisit donc par défaut de considérer que jusqu’à la limite légale de l’avortement, ça n’en est pas un ; soit, ce que nous prenons pour une opinion ne lui donne pas le droit de considérer que la nôtre n’est pas au même titre valable, et qu’il est illégitime d’essayer de questionner la société sur cette pratique de l’avortement. Sujet sur lequel beaucoup de personnes partent du principe transcendantal qu’il est forcément bon et juste. Mathieu Sommet a l’air de l’acabit de ceux qui aiment à penser librement, et n’ira pas nous contredire sur l’honnêteté de la démarche.

Retour au point de départ alors, puisque comme il le dit si bien, ce n’est pas par la science que nous serons départagés.

Est- ce alors que nous allions à l’encontre de la loi qui le choque ? Car elle a décrété, et il faut s’y conformer si l’on veut être de ceux qui savent « vivre avec leur temps » comme Monsieur Sommet, qu’après tant de mois suite à la conception nous avions affaire à un être vivant et pas avant ? C’est vrai que la loi a toujours été une valeur de référence très sûre. Nous aurions ri avant 1980 de le voir soutenir que l’homosexualité était une maladie, puisque la médecine et la loi le stipulaient encore.

Finalement pour lui, et c’est ce que l’on retient de son argumentaire, l’avortement fait « partie intégrante de la somme de probabilités » qui fait qu’un enfant naît ou non. Au même titre que la fécondité des parents, ou qu’un accident de voiture qui tuerait la mère si on le comprend bien. Voudrait-il par hasard institutionnaliser les accidents de voiture ? Assez enclin à attaquer sur le plan de l’honnêteté intellectuelle, celle du youtubeur a de quoi nous laisser pantois.

Maintenant si l’on prend le temps de regarder la vidéo jusqu’au bout, on se rend compte qu’outre un expert en sciences de la vie, il semble manifestement être un spécialiste d’analyse politique et sociale : nous attendons impatiemment qu’il développe dans une prochaine vidéo les liens qu’il fait entre crise identitaire et économique, finance dérégulée et libéralisme sauvage. En appuyant particulièrement sur les effets du libéralisme sauvage sur les mœurs d’une société, si possible. Bossuet disait : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ». Nous ne savons pas qui se rit de ceux qui chérissent les conséquences dont ils déplorent les causes, nous espérons que cela n’est pas symptomatique d’un désordre fonctionnel plus grave. De l’ordre de la paranoïa par exemple, terrifié comme il a l’air par le serpent catholique, qui officie dans le secret des cachots pour manipuler les chiffres sur l’avortement et fomenter une nouvelle croisade contre la « modernité ».

Monsieur Sommet nous avait habitués, malgré son ton moqueur et de ce fait forcément caricatural, à plus d’objectivité et moins de haine facile. S’il a voulu proposer une vidéo argumentaire avec un fond incontestable, c’est raté ; s’il s’agissait de se moquer gratuitement sans le socle d’une réflexion poussée, il s’accorde finalement assez bien avec notre paysage habituel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*