Au lendemain de la Primaire de la droite, dont François Fillon sort vainqueur, avec la proposition de vote début décembre d'un amendement sur le “délit d’entrave numérique à l’IVG” par Laurence Rossignol, ministre de la santé et des femmes : l'avortement revient de façon étonnante sur la scène publique et politique, dont il s'était éclipsé depuis 40 ans...