Témoignage d’une mère

Un beau témoignage sur une grossesse non désirée

Il paraît qu’un enfant non prévu, un accident comme on dit, est une calamité dans la vie de la femme qui ne l’a pas choisi.
Mon histoire n’est pas celle de la jeune fille de 16 ans, ou de l’étudiante, ou de la carriériste.

Simplement celle d’une jeune femme qui a attendu son deuxième enfant trop vite après la naissance de son premier. Qui ne se sentait pas capable d’aimer un autre enfant. Qui était en souffrance dans sa vie professionnelle et ne se voyait pas recommencer à vivre en plus les trois mois de vomissements et de fatigue dans les transports en commun et face à des êtres sans pitié.

J’avais vécu une fausse couche au début de l’aventure qu’est l’enfantement. La vie m’avait retiré cet enfant intensément désiré. Et voilà qu’elle m’imposait un enfant dont nous n’avions pas formé le projet (il parait qu’on parle de projet parental pour valider ou non l’existence d’un enfant, aujourd’hui) ! Je ne fanfaronne pas. Sans l’éducation que j’ai reçue, il est probable que j’aurais avorté. J’ai supplié de faire une fausse couche. J’ai souhaité, de toute ma colère et mon découragement, la mort de mon enfant. Mais ce n’est pas ainsi que cela fonctionne. Comme cela m’a fait réfléchir sur ce qu’est un enfant ! Sur ce qu’est la vie, et combien elle ne m’appartient pas !

Mon fils est né il y a maintenant 9 ans ½. De mes quatre enfants, il est celui qui m’a le plus fait grandir, qui m’a sortie de moi-même, qui m’a obligée à me dépasser dans l’amour et la patience. Il m’a montré que l’on est plus courageux que l’on ne croit, que l’on a des ressources insoupçonnées, et qu’il peut être extraordinaire de se laisser surprendre par la vie.

Merci mon fils pour tout ce que tu es.
Merci pour ta vie impromptue.
Tu es beau, et tu me rends belle.

M.B. , 35 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*