Témoignage d’un survivant

Quand un survivant réel nous parle de son expérience, il est difficile de l'ignorer...

Chaque fois que je raconte cette histoire en société, ça fait réfléchir… y compris ceux qui disent ; “oui, mais l’avortement, c’est pour les cas extrêmes, de détresse”. Je leur réponds : il n’y a pas de cas extrêmes, rien que des choix de vie ou de mort. Par exemple, je connais une famille pas trop riche, avec déjà 4 enfants, la mère, elle vient d’avoir un cancer, avec rémission (elle est guérie, quoi). Puis la voilà de nouveau enceinte ; les toubibs lui disent tous d’avorter, qu’elle risque sa vie, qu’elle doit penser à ses 4 enfants et son mari… Et là, je leur demande : tu penses quoi, toi ? Qu’elle devrait avorter ? 100% me répondent : “oui, dans ce cas, évidemment, y’a pas photo”.
En général, je marque un blanc, Tu vois, cette histoire, c’est mon histoire.
Alors je leur dis pas merci d’avoir voulu me tuer.
Je suis aussi un survivant.

Un commentaire à propos de “Témoignage d’un survivant

  1. Bonjour a toutes et tous,

    Tout d’abord je souhaite témoigner qu’il y a des survivants antérieurement a la loi Veil 😉

    Ensuite puisque je suis passionne d’histoire, j’aimerais partager avec vous un fait: La première fois que l’avortement a été légalisé en Europe c’était dans l’Allemagne Nazi pour les seuls juifs ! Cette évolution de la société tient donc plus de l’anéantissement de peuples que d’une liberté requise par une forme d’égalité !

    De plus cette évolution est une régression, car le fait de libéré quelqu’un ou quelques uns par un sacrifice humain est antérieur a Abraham et le sacrifice d’Isaac, il est le marqueur de société matriarcale, de tradition orale, et de sacrifice humain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*